Tableaux

Acrylique (70 X 70)

Le printemps se faisait attendre,
Manteau de givre sur l’herbe tendre.
Pâques arrivait dans les frimas,
Avec ses œufs en chocolat…

Pâques et la victoire sur la mort,
Dans un halo de lumière d’or.
Résurrection de l’ « Homme-Dieu »,
Chemin d’amour qui mène aux Cieux !

Un peu avant, dans la tourmente,
Je glissais le long d’une pente…
« Elle va mourir », m’avait-on dit.
Cruel supplice, sans même un cri.

Prier sans cesse, prier si fort,
Pour que la foi conjure le sort.
Elle s’est battue, elle a gagné.
La vie, encore, a triomphé !

Vendredi saint, jour de Passion,
Renaît enfin l’inspiration !
Endormie depuis de longs mois,
Elle n’attendait qu’un peu de joie.

Résurrection… Flamme intérieure.
Résurrection… Pour pas qu’elle meure !
Résurrection… De nos espoirs.
Résurrection… Suffit d’y croire !
 

Acrylique (40 X 40)

Il est souvent tout proche, à portée de la main,
Mais contre toute attente, on l’imagine au loin.
On se dit qu’il est rare, capricieux, volatile,
Alors qu’il est si simple, rassurant et docile.

On se crée des barrières souvent infranchissables,
Qui nous laissent dans l’ombre d’une route improbable.
Nos pas sont lourds et lents, comme ceux d’un prisonnier,
Qui lève les yeux au ciel, rêvant de liberté.

Mais il est , pourtant, caché tout près de nous,
Il n’attend qu’un regard, un geste, un rendez-vous.
Et il suffit souvent de choisir son étoile,
Pour qu’elle nous mène notre cœur s’emballe.

Le bonheur est alors le plus doux des breuvages,
Aussi doux que le miel des abeilles sauvages.
Et l’on a peine à croire, alors, qu’il était ,
Blotti derrière nos peurs et nos « je ne peux pas ».

Cette félicité, ces magiques instants,
Que l’on goûte à son aise, en prenant tout son temps,
Ne sont pas un cadeau, mais le fruit d’une victoire,
Qui déploie ses couleurs, il faisait noir.
 

Acrylique (61 X 50)

Tout est sous tension, l’enfer est en toi,
Ta vie se consume comme un bout de bois.
Tout va bien trop vite, tu voudrais descendre
De ce grand manège, avant d’être en cendres.
Mais de lourdes chaînes que tu ne vois pas
Entravent tes gestes et brisent ta foi.

Tu voudrais crier, dire que ça suffit !
Arrêter le temps, pour fuir la folie.
Tu voudrais dormir pour y échapper,
Rien que quelques heures, afin d’être en paix.
Mais la course folle n’a pas de répit,
Alors, c’est à toi de sauver ta vie !

Lâche toutes ces choses auxquelles tu t’accroches !
Ces idées obscures, ces pierres dans tes poches.
Libère-toi enfin du poids des souffrances,
Désir de contrôle et manque de confiance.
Allège ton esprit, fais le vide en toi,
Ecoute le silence, et sa petite voix.

Décide d’être heureux, tu en as le droit,
Respire au grand air, retrouve ta joie,
Renonce aux richesses qui sont illusoires
Défends tes valeurs, et sois fier d’y croire.
Avance à ton rythme, c’est ta liberté,
Et ne la laisse plus jamais t’échapper !

Acrylique (60 X 90)

C’est un flux aux mille couleurs,
Un tourbillon imaginaire,
Subtil mélange de bonheur,
Et d’une ivresse très éphémère.

Le flot jaillit d’on ne sait  ?
Il investit notre pensée.
Un doux plaisir s’installe en nous,
Sans qu’on voie les heures défiler.

Mystérieuse inspiration,
Qui guide notre main agile.
On oublie ce qu’est la raison.
Surtout ne pas être docile !

L’art nous emmène si loin de tout,
Sur les ailes de la liberté,
L’effervescence, elle, est en nous,
Et le rêve, à notre portée.

Aucune limite à la passion,
Pas de censure, ni d’interdits,
Le cœur et l’âme sont en fusion,
Pour quelques heures au paradis !

Acrylique (92 X 65)

Quand tout s’apaise aux alentours,
Quand s’éteint la lueur du jour,
Une douce quiétude s’installe,
Avant l’arrivée des étoiles.

C’est alors que les demoiselles
Agitent leurs fragiles ailes,
Dans un ballet improvisé
Aux reflets tendres et irisés.

Quelques minutes en ce décor,
Joli rideau de soie et d’or,
Avant que l’astre ne se noie
Et que la nuit ne se déploie.

Profiter de l’instant présent,
Apprécier la caresse du vent,
Respirer le parfum léger,
Du printemps à son apogée !