Marylène : "C’est la toute première fois de ma carrière où je vais présenter une émission que j’ai conçue personnellement"

Retour sur les écrans pour Marylène, en ce début d’année 2012 ! Après une pause de 18 mois loin des studios, elle revient à la télévision dans un projet très personnel, imaginé et élaboré en fonction de ses envies. Un nouveau défi qu'elle nous présente.

Te voilà de retour à la télévision sur Mirabelle TV. Peux-tu nous présenter cette chaîne pour le public qui ne la capte pas?

Bien sûr, c’est une chaîne locale, installée en Moselle, à Metz, dont le lancement officiel a eu lieu en juin 2010. Elle a donc à peine deux ans d’existence. Ses programmes sont diffusés sur le canal 23 de la Télévision Numérique Terrestre et accessibles également dans toute la France, via le bouquet satellite gratuit Fransat, entre autres options… Car, il y a aussi les « Box », mais je crois que le plus simple pour découvrir la chaîne, c’est encore d’aller visiter son site internet : www.mirabelle.tv On y trouve aussi la grille des programmes et certaines émissions en "replay".

C’est une chaîne encore jeune, avec des moyens qui ne sont pas ceux des grands réseaux nationaux. En regardant certains programmes, on y retrouve un petit côté "Télé-Luxembourg" parfois,  non ?

Ce n’est pas faux… Certaines configurations de décors peuvent y faire penser. "Le grand rendez-vous", par exemple, se déroule dans une sorte de réplique d’appartement, aux éclairages cosy, on se sent dans une atmosphère familiale, comme à la maison. Le ton se veut aussi "bon enfant", proche des gens.

Certains fans vont se demander pourquoi tu n'as pas rejoint Air, la chaîne officie Jean-Luc Bertrand ?

Eh bien, la question ne se pose pas en ces termes, car ce n’est pas moi qui ai décidé de revenir à la télévision. Je n’ai donc pas eu à faire un choix de cet ordre. Au moment Air s’est créé, après l’arrêt des programmes régionaux d’RTL9, j’avais envie de m’éloigner de cet univers dans lequel j’évoluais depuis plus de 30 ans et plus rien ne m’enthousiasmait vraiment. J’avais envie de vivre de nouvelles expériences professionnelles et artistiques. Ce que j’ai fait, notamment en réalisant quelques expositions de mes toiles, au Luxembourg et en Belgique, et en écrivant aussi. Ce n’est que bien plus tard, après une parenthèse de 18 mois, que j’ai été approchée par Didier Bailleux, directeur de Mirabelle TV en vue d’une éventuelle collaboration.

Qu'est-ce qui t'a donné envie d’accepter cette proposition, à ce moment précis, alors que tu avais souhaité t’éloigner de la télévision?

L’invitation était séduisante dans la mesure j’ai trouvé face à moi des personnes qui étaient totalement à l’écoute de mes envies, une chance que j’ai eu envie de saisir ! Et puis, j’étais en recherche d’un emploi à temps partiel. J’ai réfléchi, rédigé un projet, et il a été accepté. C’est presque incroyable, mais c’est la toute première fois de ma carrière je vais présenter une émission que j’ai conçue personnellement et j’aurai la possibilité de décider du choix des invités. Cela dit, j’aurais très bien pu ne jamais revenir à la télévision, et continuer à peindre et à écrire, cela aurait suffit à mon bonheur, mais il est difficile d’en vivre sur un plan purement financier.

De quel type d’émission s’agit-il ?

Une interview intimiste et conviviale, rythmée par des séquences parfois ludiques, et des moments d’émotions. L’occasion de découvrir une personnalité sous un autre jour, au-delà de l’image qu’elle véhicule dans ses activités médiatiques. Un format de 26 minutes, pour prendre le temps… Un vrai luxe en télé !

Comment vas-tu choisir tes invités ?

Essentiellement en fonction de leur vécu, qui doit être riche d’expériences, de leur dimension humaine, voire spirituelle, de leurs centres d’intérêt, de leurs combats, et aussi de leur capacité à "parler vrai", car je tiens à ce que l’authenticité soit le maître-mot de cet échange.

Et si Simon Baker "Le Mentalist", que tu apprécies beaucoup, était de passage en Lorraine, l’inviterais-tu ?

(Rires)… Oh, je doute fort que Simon Baker soit prochainement de passage en Lorraine, mais si c’était le cas, pourquoi pas ? Avec joie… Seulement, il faudrait engager un bon traducteur, ou alors sous-titrer l’émission ! Ce serait une exception, cela dit, car nos invités seront essentiellement lorrains.

Comment te prépares-tu à ce retour à la télévision ?

Avec un réel enthousiasme, une pointe d’excitation et… le trac ! Même après toutes ces années… Car un nouveau projet est toujours l’occasion de se remettre en question. C’est un super challenge, en tout cas !

Est-ce plus stressant de présenter son propre projet télé ?

Sans doute, mais c’est aussi plus motivant.

Cette émission, c'est aussi un retour vers le journalisme. On se souvient que tu as présenté le journal « 40 Minutes » sur RTL-TV, en Lorraine, dans les années 90…

Un retour ? Non… Car durant toutes ces années, je n’ai pas le sentiment de m’être éloignée du journalisme un seul instant. Que ce soit en Lorraine, j’ai fait du reportage de terrain pour « Info Kid », à Paris pour la présentation des « Midis d’RTL9 »,  ou encore en Belgique, pour « La main à la patte », je réalisais encore des reportages. Ensuite, il y a eu les « Prime-Time » que j’ai eu l’occasion de présenter sur RTL-TVI, et je devais gérer des plateaux avec de nombreux invités sur des thèmes de société. Ce sont différentes facettes du métier de journaliste, c’est tout.

Un autre projet pointe également le bout de son nez, c'est la sortie d'un livre... Peux-tu déjà nous en dire un peu plus ?

Oui, c’est un autre pari qui me tient énormément à cœur ! Un roman « jeunesse » que j’ai écrit à la demande d’une amie éditrice. En découvrant l’univers artistique de mes toiles, elle a pensé que je pourrais écrire pour les enfants. J’ai accepté le défi. Ce livre fera partie d’une collection publiée en collaboration avec la Ligue de l’enseignement. Et je suis folle de joie, car mon texte a déjà été plébiscité par un comité de lecture rassemblant une centaines d’élèves d’école primaire. La sortie du livre est prévue en Avril 2012 ! Encore une nouvelle aventure…

Avec ces nouvelles activités, as-tu encore le temps de peindre ?

Ca ne va pas être simple, mais je vais essayer de préserver du temps pour la création de nouvelles toiles. J’en ai besoin pour me ressourcer. Et puis, j’aimerais bien continuer à écrire aussi, et pas seulement pour les enfants. Bon, 2012 s’annonce comme une année très intense, je crois que je vais devoir faire le plein de vitamines ! (Rires)…

Propos recueillis par Fabrice Staal