Spéciale internautes

Il y a trois mois, nous vous invitions à poser toutes les questions que vous souhaitiez à Marylène, via Internet ... Vos e-mails ont été nombreux, et nous vous en remercions. Cette interview rassemble une vingtaine de questions représentant les thèmes le plus souvent abordés. Leurs auteurs se reconnaîtront ...

Avez-vous déjà présenté une émission que vous regrettez aujourd'hui d'avoir animé ?

Edouard - Bruxelles (Belgique)
Parmi toutes celles que j'ai présentées, il y en a certaines que j'ai moins aimées que d'autres, c'est sûr. Mais aucune que je regrette vraiment d'avoir animée... Car, même lorsque les choses se passent mal et que l'exercice n'est pas un réel plaisir, on en tire toujours un enseignement sur le plan professionnel et humain. L'essentiel, dans ces cas-là, est que cela ne dure pas trop longtemps. Et, c'est ce qui est arrivé à chaque fois que je ne me suis pas sentie à l'aise dans une émission. Parfois, c'était en raison de la nature même du programme, d'autres fois il s'agissait d'un problème relationnel avec la personne qui devait co-animer l'émission avec moi. En règle générale, je déteste les situations de conflit... Mais, il m'est arrivé à deux reprises de tomber sur de redoutables " machos " face à qui j'ai dû réagir pour que mon rôle ne se résume pas à celui d'un " faire-valoir ". Malgré de gros efforts de diplomatie, dans les deux cas, les choses ne se sont pas arrangées. Aussi, j'ai préféré partir et l'aventure a tourné court. Concernant les noms des personnes et des émissions, vous me permettrez, cher Edouard, de demeurer discrète... Afin de rester courtoise, même avec ceux qui ne l'ont pas toujours été avec moi.

Quelle est la chaîne de télé que vous regardez le plus ?

Didier - Sambreville (Belgique)
Impossible de répondre à votre question par un seul nom, Didier... Je zappe sans arrêt ! Et je choisis ce qui me plaît dans les grilles de toutes les chaînes. Un peu comme on fait son marché en fonction de ses goûts du moment. Je peux tout aussi bien regarder la " Star Academy " sur TF1 qu' " Envoyé Spécial " sur France 2 ou des documentaires sur Planète. En Belgique, c'est la même chose, je ne suis pas sectaire !... Et je regarde régulièrement la concurrence. Je suis plus fidèle à certains types de programmes qu'à une chaîne en particulier. Ce que j'apprécie le plus, ce sont les journaux télévisés, les magazines d'information, les séries policières et les films. J'aime aussi les débats d'idées lorsqu'ils sont sereins et constructifs... Voilà Didier, j'espère que cette réponse vous conviendra... Ce n'est pas de la langue de bois, juste le reflet nuancé de ma " réalité-télé " (rires).

RTL Télévision a bercé notre jeunesse. Cette chaîne ne vous manque-t-elle pas trop ? Quand revenez-vous sur RTL9 où l'on pourrait vous voir en Suisse ?

Didier, Genève (Suisse)
Première précision, cher Didier : même si je revenais sur RTL 9, vous ne me verriez sans doute pas en Suisse car le programme " câble et satellite " n'inclut pas les émissions lorraines qui ne sont diffusées que dans l'est de la France. Cela dit, je constate que, comme beaucoup de téléspectateurs, vous êtes un nostalgique de l'époque " RTL-Télévison "... Une chaîne qui a bercé votre enfance, dîtes-vous. Eh, bien... Sachez que la plupart des animateurs qui ont fait partie de cette chaîne à Luxembourg en gardent aujourd'hui encore un souvenir ébloui. Ce ne sont pas des paroles en l'air, nous en avons fait le constat lorsque nous avons interrogé les grandes figures de la chaîne à l'occasion des " 50 ans de RTL ". Les années 80 ont été, pour vous et pour nous, une époque réellement magique à plus d'un titre. Cependant, il faut vivre avec son temps et suivre l'évolution des médias. Aujourd'hui, le contexte et les moyens sont différents... Tout va plus vite. Il faut s'adapter. Quant à revenir sur RTL 9, pourquoi pas ?... Ce n'est pas à l'ordre du jour pour le moment mais rien n'est impossible. Merci en tous cas, de me laisser entendre que cela vous ferait plaisir... J'en suis très touchée.

Depuis votre départ de RTL 9, la chaîne a perdu son âme. Avec le recul, n'aimeriez-vous plus revenir sur RTL 9 pour remettre l'ambiance d'antan ou alors sur une autre chaîne de télé ou de radio ! Votre voix manque aux lorrains...

Martine et Georges - MAIZIERES LES METZ (France)
Eh, bien ! Martine et Georges, vous y allez fort... Et je suis embarrassée en lisant que, depuis mon départ " la chaîne a perdu son âme "...C'est m'accorder beaucoup d'importance dans un univers professionnel où ; vous le savez, personne n'est irremplaçable. Enfin, merci tout de même, de me placer en si haute estime !... Pour le reste, j'ai déjà partiellement répondu à la question via le précédent internaute. Je serais réellement ravie de retrouver les téléspectateurs ou auditeurs lorrains dans un futur proche, mais la décision ne m'appartient pas, à moi seule. Il faut également qu'il y ait une envie et des opportunités de la part des décideurs " côté médias ". J'ai déjà eu des contacts avec certains d'entre eux, mais qui n'ont pas abouti. Cela dit, demain est un autre jour, et je saisirai avec plaisir toute occasion de cette nature pour peu qu'elle corresponde à ce que j'ai envie de faire, et dans la mesure où je me sentirais en confiance avec une équipe !

Quand reviendrez-vous à l'antenne sur RTL 9, en Lorraine ?Je doute !...

Christian Masson - Villers-les-Nancy (France)
Décidément, je ne pensais pas que les lorrains se mobiliseraient ainsi pour cette interview sur Internet !... C'est gentil, cher Christian, de m'inviter à revenir m'adresser aux téléspectateurs français alors que depuis quelques années, c'est vrai, je travaille essentiellement en Belgique. Je vous ferai donc la même réponse qu'aux précédentes personnes. Avec un gros point d'interrogation à la clé !... Cependant, sachez que je suis toujours en contact avec mon ancien complice Jean-Luc Bertrand, désormais en charge des programmes de proximité d'RTL 9 et que, l'un comme l'autre, nous aimerions beaucoup retravailler ensemble un jour... L'avenir nous permettra peut-être de nous retrouver autour d'un beau projet télévisuel, qui sait ?... Il ne faut jamais douter de rien. Alors, à bientôt, peut-être...

Quel regard (critique?) portez-vous sur la télévision actuelle? Quels sont vos types de programmes favoris?

Régis Perez - Maisons Alfort (94) (France)
Un regard curieux et jamais rassasié, cher Régis !... Le choix est tellement vaste en matière de programmes et de chaînes que chacun peut y trouver son bonheur. Quant à mes choix personnels, je les ai résumés un peu plus haut dans une autre réponse : magazines d'infos, journaux télévisés, séries policières et films. Cependant, pour être plus complète, je vous citerai quelques émissions que j'apprécie tout particulièrement : "C'est dans l'air " sur France 5 présentée par Yves Calvi, " Des racines et des ailes " sur France 3 désormais présentée par Louis Laforge et, dans un style plus ludique, " On a tout essayé " avec la joyeuse équipe de Laurent Ruquier... Sinon, je ne rate jamais les infos que ce soit le soir ou à la mi-journée, et j'adore la plupart des séries relatant des enquêtes criminelles (du type " Profiler " ou " les Experts "). Plus l'histoire est sombre, plus je me passionne pour l'intrigue ! Je peux aussi passer des heures devant des documentaires diffusés par des chaînes comme Planète ou Arte, surtout lorsqu'ils nous font découvrir d'autres civilisations ou lorsqu'ils évoquent de grands faits historiques. C'est une manière très agréable de continuer à apprendre .

Vous êtes toujours la star de RTL et personne n'arrive à vous détrôner. A quoi attribuez-vous ce succès ?

Bruno - Chapelle Lez Herlaimont (Belgique)
Houlala, Bruno !... C'est très gentil de me placer ainsi sur un piedestal mais, cette affirmation n'engage que vous et je voudrais m'empresser de dire que le mot " star ", à mon humble avis, convient mal aux personnalités du petit écran... Pour moi, il évoque plutôt les actrices et acteurs de l'âge d'or de Hollywood ! Cela dit, il est vrai que nous jouissons en tant que " présentateurs-télé " d'une notoriété généralement proportionnelle à notre cote de popularité... Une notoriété due en grande partie au rythme où nous passons à l'antenne et au nombre d'années durant lesquelles nous avons "squatté " le petit écran. En ce domaine, je dois avouer que j'ai une bonne longueur d'avance sur nombre de mes petits camarades puisque je fais ce métier depuis 28 ans !... Et si, durant tout ce temps, j'ai eu la chance de conserver l'affection du public, je peux seulement m'en réjouir mais pas vraiment l'expliquer. C'est aux téléspectateurs qu'il faudrait poser la question. Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai toujours infiniment respecté les gens à qui je m'adressais. Depuis le début, j'ai fait ce métier avec la plus grande sincérité, en souhaitant apporter chaleur, sourire et bonne humeur dans tous les foyers qui captaient notre chaîne. C'était ça, " l'école Télé-Luxembourg "... Une estime mutuelle s'est peu à peu installée au fil des années et ce lien existe encore aujourd'hui. Un vrai bonheur !

Pourquoi n'êtes-vous plus présente sur RTL TVI, en Belgique ?

Didier, Mons (Belgique)
En fait, Didier, je suis toujours présente sur RTLTVI, mais beaucoup plus rarement. Mes apparitions se limitent désormais à 2 ou 3 émissions spéciales par an. Je le regrette, croyez-moi, et j'aimerais avoir l'occasion de travailler davantage mais malheureusement, la direction n'a pas d'autre projet pour moi dans l'immédiat, ni dans les mois à venir. Les choses évolueront peut-être ensuite, je ne peux pas vous en dire plus pour le moment. Pour votre information, sachez que je présenterai prochainement deux " Prime-Time " sur RTLTVI, " Maigrir à tout prix " sur les problèmes de poids et les différents moyens d'y remédier, et " Y croire à tout prix " sur les phénomènes " dits paranormaux ". Toutefois, je ne peux pas encore vous communiquer les dates de diffusion qui restent à déterminer. Vous aurez sans doute des nouvelles à ce sujet dans les pages de vos journaux télé. En tous cas, merci de votre fidélité ! Et à très bientôt...

Quelle est votre recette pour rester jolie ?

Cindy - Ans (Belgique)
Tout d'abord, un grand merci, Cindy !... Car votre question est en même temps un joli compliment. Je suppose que votre étonnement est dû au fait que je suis là depuis très, très longtemps !... (rires). Et que, selon vous, le poids des années ne se manifeste que modérément sur mon apparence ? Voilà, j'ai trouvé une formule élégante pour le dire ! Eh, bien... Vous savez, je n'ai pas de secret particulier sinon que je mène une vie très saine. J'essaie de dormir suffisamment, je sors peu et j'attache une importance toute particulière à mon équilibre alimentaire. Mais je crois surtout que l'essentiel pour être en forme, c'est de se sentir bien dans sa peau et dans sa tête. J'essaie d'être philosophe face aux petites difficultés de la vie quotidienne, je relativise beaucoup et je lis toutes sortes d'ouvrages destinés à ouvrir l'esprit et à atteindre une certaine forme de sérénité. Pour le reste, un bon coiffeur et une bonne maquilleuse peuvent aussi faire des miracles !...

Après le licenciement des animateurs de RTL 9, Jean-Luc Bertrand est revenu sur le canal français, pourquoi pas vous ? "

Marie - Thionville (France)
Là, Marie, il est difficile de répondre en quelques mots à votre question, mais je vais m'efforcer d'être suffisamment claire et concise. Lorsque nous avons tous été licenciés d'RTL 9 en 1997, nous l'avons été par vagues successives. J'ai fait partie des premières. Or, il se trouve que Jean-Luc, qui avait déjà à cette époque des responsabilités au sein de la chaîne a été l'un des tout derniers à être " remercié ". En effet, pour le bon fonctionnement de l'entreprise jusqu'à sa cession aux " repreneurs " (en l'occurrence le groupe AB) sa présence était indispensable. En toute logique, Jean-Luc a donc été en contact avec les nouveaux patrons d'RTL 9 qui ont semble-t-il, apprécié ses qualités professionnelles et ont décidé de l'engager. Parallèlement, après quelques mois de chômage, j'ai retrouvé du travail sur RTL-TVI en Belgique, pour présenter un magazine animalier " La Main à la Patte "... Une belle aventure professionnelle qui s'est poursuivie pendant 6 années ! Voilà, c'est aussi simple que cela.

J'aimerais avoir en ma possession votre disque " Solitaire ", savez-vous s'il en existe encore sur le marché ?

Patrick - BRUXELLES (Belgique)
Super !... Je vois que vous n'avez pas oublié mes prouesses vocales et musicales, Patrick !... (rires). J'en suis particulièrement flattée. Il est vrai qu'à l'époque des CD, DVD et CD Rom, ce fameux 45 tours en vinyl, avec la chanson " Solitaire " est devenu une véritable pièce de musée, un " collector ", comme on dit... (rires). Peut-être le trouverez-vous dans des " vide-greniers " ou certains magasins spécialisés dans les " oldies " (il y en a beaucoup à Bruxelles). A moins que vous ne tentiez d'en acquérir un sur Internet ?... Il y a parfois des sites qui mettent de vieux disques aux enchères. Mais, franchement, je ne sais pas si vous y trouverez " Solitaire ". Si j'en avais à ma disposition, je vous en aurais envoyé un, de bon coeur !... Malheureusement, ce n'est pas le cas. Alors, bon courage dans vos recherches !... Je vous embrasse. Grâce à un ami luxembourgeois, j'ai pu vous revoir sur RTL TVi pour les " 50 ans de RTL ".

Avez-vous eu une émotion toute particulière lors de votre rencontre avec Jacques Navadic et que sont devenues Anouchka et Frédérique Ries ?

Benoît - VACHERAUVILLE (France)
Bien sûr, Benoît, j'ai été très émue de revoir Jacques Navadic, de même que Robert Diligent, Jean Stock ou Valérie Sarn pour les tournages de l'émission spéciale consacrée aux 50 ans d'RTL (" Générations RTL : 50 ans "). La préparation et les enregistrements se sont étalés sur un mois, et durant tout ce temps avec Muriel Jamaigne (la productrice) et toute l'équipe de tournage, nous avons vécu des moments fabuleux !... Que de souvenirs, que de nostalgie !... Parfois même, nous avions les larmes aux yeux en revoyant par exemple les images du " Train des Jouets " et ces milliers de personnes qui nous attendaient dans les gares en France, en Belgique et au Luxembourg, dans le froid et sous la neige. En fouillant dans les archives, et en interrogeant les pionniers de la chaîne, nous avons fait revivre une période magique de l'histoire de RTL-Télévision. Faire cette émission a été une joie immense ! En ce qui concerne Frédérique Ries, elle est aujourd'hui député européen, mariée et maman d'un petit garçon, quant à Anouchka, elle s'est reconvertie dans l'immobilier et sa petite Tatiana a bien grandi depuis les années " Télé-Luxembourg " !...

Je vous croise souvent dans les rues commerçantes de Metz vu ma profession de vendeuse. Je n'ose jamais vous demander un autographe par crainte de vous déranger. Le public lorrain vous demande-t-il encore des autographes ?

Sonia - TALANGE (France)
Mais il ne faut pas être timide, Sonia !... La prochaine fois que vous me verrez à Metz, venez me saluer, je serai ravie de faire votre connaissance et de vous offrir cet autographe que vous n'avez pas osé me demander. Les témoignages de sympathie font toujours plaisir, vous savez. Pour répondre à votre question : il arrive parfois que l'on me sollicite, dans la rue ou dans un restaurant, pour une photo dédicacée, mais ce n'est plus aussi fréquent que lorsque j'apparaissais chaque jour sur le petit écran. En tous cas, je n'en prends jamais ombrage et j'en profite pour bavarder un peu avec les téléspectateurs qui me font l'honneur d'une telle demande. Au fait, j'ai connu une autre Sonia qui habitait Talange, Sonia Perrin, qui fut " Miss France 1975 ", vous la connaissez peut-être ?...

Lorsque vous présentiez " La Dernière Chance ", était-ce facile de contrôler vos émotions lorsque vous entendiez les problèmes des invités ?

Joyce - Bruxelles (Belgique)
Je suppose, Joyce, que si vous me posez la question, c'est que vous m'avez vue à certains moments, verser une petite larme ou tout simplement parce que vous avez entendu ma gorge se nouer lorsque l'émotion devenait trop forte... Eh, bien ! Oui, je l'avoue... Je me laisse parfois submerger par ce que je ressens ! Certains diront que ce n'est pas professionnel et qu'il faut savoir garder une distance face à ce qui se passe sur le plateau... D'autres trouveront que c'est une réaction tout simplement humaine qui témoigne de la compassion que l'on peut éprouver en recueillant des témoignages bouleversants. Pour ma part, je n'ai pas de choix à faire, je suis comme ça, je n'y peux rien. En fait, je suis très bon public...Je partage les joies et le peines de mes interlocuteurs. Jusqu'à présent, cela ne m'a pas empêchée de poursuivre l'émission, c'est l'essentiel ! Pour les internautes français qui liront peut-être cette réponse, je précise que " La Dernière Chance " était une émission mensuelle diffusée en soirée sur RTL-TVI en Belgique. Un espace de médiation où nous tentions avec l'aide d'un psychothérapeute, de résoudre un conflit familial ou sentimental, avec l'aide de la famille et des proches de nos deux témoins.

En plus de 25 ans de télé, pouvez-vous nous raconter une anecdote que vous n'avez jamais divulguée en dehors de votre cercle familial et qui serait une première pour votre site ?

Eddy - Liège (Belgique)
Très bonne question, Eddy !... Mais, un véritable casse-tête pour moi. Comment trouver, en quelques secondes, une "anecdote-télé " jamais encore divulguée ?... J'ai raconté tant de choses dans mes interviews. Bon, laissez-moi un petit temps de réflexion. (...) Voilà !... J'ai trouvé. Je ne sais pas si vous allez trouver cela intéressant mais il s'agit du tournage du clip de " Solitaire ". Si vous l'avez déjà vu, vous avez sûrement remarqué la beauté du décor... Ces images ont été tournées dans le sud tunisien, à l'oasis de Tamerza. Mais à l'origine, il n'était pas du tout question que je tourne le clip de ma chanson ce jour-là. En fait, ce tournage était prévu pour Mylène Farmer qui était l'une des invitées de l'émission " Bleu Nuit " en Tunisie que nous enregistrions là-bas. Notre Hôtel se trouvait au nord du pays et pour accéder au site de Tamerza, il fallait faire plusieurs centaines de kilomètres dans la matinée et autant le soir pour revenir. Mylène Farmer, un peu fatiguée par un planning surchargé, a refusé tout net de faire le déplacement. Elle a préféré réaliser son clip à proximité de l'hôtel. Le voyage dans le sud étant tout de même prévu, il a fallu trouver un nouvel objectif... A ce moment, je crois bien que c'est Jean-Claude Thieltgen, un des responsables de production qui a lancé l'idée : " Et si on tournait un clip pour la chanson de Marylène ?... " Tout le monde a été d'accord. On avait avec nous les bandes-son de la chanson, puisque je devais l'interpréter dans le cadre de l'émission... Nous sommes partis à travers le désert jusqu'à une magnifique cascade entourée de palmiers. Seul petit bémol, j'avais une angine et un peu de fièvre, mais je n'allais pas laisser passer une si belle occasion ! Le résultat nous a tous enchantés... Merci Mylène !

Comment vivez-vous au quotidien votre vie publique et votre vie privée ?

Sandra - Verviers (Belgique)
Sans aucun stress, chère Sandra !... Nous sommes tout de même très loin du " Star-System ". Il arrive souvent que l'on me reconnaisse dans les lieux publics, mais cela ne me pose vraiment aucun problème. L'attitude des gens est toujours bienveillante et je m'efforce de répondre à leurs attentes : une photo, un sourire, quelques mots échangés... C'est toujours agréable. En revanche, il y a toujours des situations où l'on n'a pas envie d'être sollicitée sur un plan médiatique : lors d'un enterrement, par exemple...Heureusement, la plupart des gens le comprennent d'eux-mêmes. Parfois néanmoins, certaines personnes peuvent se montrer entreprenantes au point de basculer dans le harcèlement. Cela m'est arrivé parfois. Face à ce genre d'attitude que je juge excessive et suspecte, je me ferme totalement et je m'éclipse.

Que pensez-vous de l'évolution des médias belges?

Marc - Bruxelles (Belgique)
Oh, la la !... Vaste question, Marc ! Il faudrait presque une thèse pour y répondre. Je vais faire plus court, rassurez-vous. Je pense qu'ils ont plutôt bien évolué. L'offre " télé et radio " est variée et alléchante... Il y en a pour tous les goûts et la créativité ne manque pas. De nouveaux talents émergent régulièrement et le téléspectateur peut faire son choix dans un éventail de programmes toujours plus riche. Le moins dans tout ça, c'est qu'il y a forcément un seuil de saturation qu'il ne faut pas dépasser sous peine d'asphyxier le marché publicitaire. Je pense que la régulation se fera d'elle-même.

Si tout était à recommencer, feriez-vous encore de la télévision ?

Jean-Sébastien - Paris (France)
Alors ça, c'est une vraie question de fond !... Et je crois bien que c'est la toute première fois qu'on me la pose. Bravo Jean-Sébastien, ce n'est pas si fréquent !... Eh, bien ! Je pense que oui. Car je ne connais pas beaucoup d'autres métiers où j'aurais pu faire autant d'expériences fabuleuses : des voyages à l'autre bout du monde, des rencontres totalement improbables, une si longue histoire d'amour avec le public et l'occasion d'apprendre à tout moment ! Je n'ai jamais eu le temps de m'ennuyer, j'ai abordé tellement de facettes différentes dans ce métier : du divertissement à l'info, en passant par le reportage et la météo. J'ai vécu tant de belles émotions !... Et, même si le chemin n'a pas toujours été facile (eh, oui ! il y a aussi les mauvais côtés, mais je n'en ferai pas le détail, je les ai déjà oubliés), ce qui reste de tout ça, c'est une belle, une très très belle aventure !... Si c'était à recommencer, j'essaierais simplement d'être un peu moins naïve et un peu plus sûre de moi, pour mieux affronter les obstacles et les difficultés.

Avez-vous déjà postulé auprès d'une chaîne nationale française ?

Jean-Sébastien - Paris (France)
Oui, bien sûr !... Lorsque que j'ai été en recherche d'emploi, et plus récemment, pour compléter mes activités. J'ai établi des contacts, y compris avec des maisons de productions françaises... Pour l'instant, aucun projet concret n'a vu le jour mais les ponts ne sont pas coupés. C'est un temps de réflexion nécessaire.

En lisant votre interview de cet été, vous ne parlez jamais de votre mari, pourquoi ?

André - Bruxelles (Belgique)
Pour une raison très simple, cher André : je ne suis pas mariée ! (rires). Mais si je l'étais, je ne suis pas sûre que je parlerais de mon mari. J'ai toujours fait le choix de préserver ma vie privée et je ne le regrette pas. " Pour vivre heureux, vivons cachés " dit le dicton. Un compagnon de vie n'a pas forcément envie d'être médiatisé.

Pourquoi n'avez-vous pas continué en 1987 l'aventure sur M6 ?

Laurent - Heillecourt (France)
Parce qu'on ne me proposait pas d'y faire quelque chose d'intéressant. Mon rôle se résumait à faire les annonces du soir et à présenter un jeu (le " 20 - 20 - 20 ") qui ne me passionnait pas vraiment. De plus, je me sentais pas très à l'aise à Paris. J'ai préféré rentrer à Luxembourg au bout d'un mois. Je n'ai pas eu à le regretter.

Est-ce dur d'être employé ponctuellement comme c'est le cas actuellement, de ne plus être salariée (proprement dit) d'une chaîne ?

Laurent - Heillecourt (France)
Forcément, Laurent, ce n'est pas une situation de confort... Mais, c'est la règle aujourd'hui. Il est de plus en plus rare que les chaînes proposent des contrats d'emploi à durée déterminée ou indéterminée. La plupart des animateurs sont rémunérés au cachet, en tant que travailleurs indépendants. C'est un statut précaire dans lequel il faut se remettre en question continuellement. Les émissions ont souvent une durée de vie très courte et il faut alors savoir rebondir !... Nous dépendons entièrement du désir des patrons de chaînes " radio " ou " télé ". A bientôt, j'espère sur le petit écran !...

Fabrice Staal - Photo : F. Staal