Valérie Sarn

“Ma, ma, ma, Marylène...”, les Martins Circus la chantaient déjà avant même qu'elle ne devienne notre Marylène, votre Marylène, à vous téléspectateurs fidèles. Je l'ai retrouvée il y a un an, par hasard, dans un train. Toujours le même sourire et la même gentillesse.
Once upon a time... Il était une fois “RTL Télévision”. “ RTL, c'est nous” écrivait Jacques Navadic, figure emblématique de RTL Télévision. En 1977, il me téléphone : “Si vous veniez à Luxembourg ? - Mais vous ne me connaissez pas! - Si, je vous ai vue à l'oeuvre à Télé Monte Carlo”.
Luxembourg. 395 kilomètres de Paris. Ses parcs remplis d'écureuils, de fleurs et d'oiseaux, de neige aussi, moi l'inconditionnelle du soleil et... et... et 395 kilomètres de Paris, tout de même !!!
Mais m'y voilà ! Je pars pour un an ou deux, et j'y suis restée 15 ans.  Jacques Navadic me présente à Jean Stock, alors producteur, que je vais devoir suppléer.   
Difficile ! Nous avons déjeuné à la bonne franquette, steak au roquefort arrosé d'eau d'évian, dame-blanche au dessert pour Jean. Un jour, une journaliste me demandait “Vous qui avez beaucoup côtoyé Jean Stock, comment le définiriez-vous? - (silence ...) Politique, éminemment politique.” Mais RTL Télévision, c'est un peu comme le service militaire, on ne se souvient que des bons souvenirs, des paris fous, des trains, des éléphants, des traineaux en Finlande avec Renaud chantant “Adieu Minette” sur la Mer Baltique prise par les glaces, la période militaire de Rika Zarai en Israël, Mylène Farmer en Tunisie, j'en oublie ... ”souvenirs, souvenirs”.
Donc, rencontre avec Marylène dans le train. Ah! le train. L'idée insensée de faire venir des vedettes, parfois frileuses et finalement ravies de découvrir en pleine nuit des quais de gare noirs de monde et blancs de neige, avec les enfants perchés sur les épaules de leurs parents pour voir Balavoine, Frédéric François, Adamo, Nicolas Peyrac...
Tant et tant d'autres qu'il faudrait dix fois trop de place pour les énumérer tous ;et des folles aventures comme La Fête de la Mirabelle à Metz avec des milliers de personnes, Plastic Bertrand qui ne peut pas venir : il s'est cassé le nez ! je tempête, Bretonne donc tétue j'insiste, il vient avec un gros pansement entre les deux yeux.
Nancy, place Stanislas, 5000 personnes venues applaudir Cabrel, Patricia Kaas... Les hits en extérieur, les podiums Grand'Place à Bruxelles, et toujours Marylène comme un poisson dans l'eau...
Le Train, toujours. 2003, TGV Paris-Avignon. “Tiens Patrick, commment ça va? Born to be alive se porte toujours bien”, Patrick Hernandez est installé en Provence, comme Michèle Torr, Dave, Michel Drucker, qui venait à Luxembourg en “cousin RTL”, et puis, et puis, et puis... comment ne pas oublier tous ceux que me remettent en mémoire les bons moments de la Villa Louvigny, comme la douce Anouchka, la pétillante Michèle Etzel, partie vers TVI avec Jean-Charles De Keizer, et aussi les réalisateurs, la technique, les scripts, etc, etc... “les Nicoles” nos maquilleuses, qui savaient si bien nous détendre, Linda Thiesse toujours élégante qui gérait les relations de presse, et Jean-Claude Thieltgen qui commençait “l'aventure du câble”... J'ai gardé une place de choix dans ma mémoire pour Gust Graas, ce grand monsieur, avec lequel nous avions de longues conversations sur la peinture, et Jacques Navadic que j'évoquais au début : normal, il m'a accompagnée durant toutes ces années RTL. Maintenant, il faut qu'il écrive un deuxième tome à son “RTL c'est nous”, il y a tant à raconter !
Mais ceci est une autre histoire..."

Valérie Sarn
Ex-animatrice et productrice, responsable variétés sur RTL TELEVISION
www.sarn-peinture.com